lundi, novembre 2

Multiloc', la Mairie de Paris met en place un dispositif attractif pour les propriétaires bailleurs.

La Ville de Paris a décidé de recourir au parc des logements privés afin d'accélérer sa politique de logement. Pour y arriver, la capitale sort les grands moyens : prime de mandat pour les agents immobiliers, versement au propriétaire d'une prime de travaux de remise en état jusqu'à 8 000 euros, prise en charge du coût de l'assurance loyers impayés... le dispositif Multiloc' ne manque pas d'arguments pour convaincre les propriétaires de logements vacants.

Qui est concerné par le dispositif Multiloc'


Sont éligibles au Multiloc' : les propriétaires bailleurs qui remettent sur le marché des logements (nus ou meublés) vacants depuis au moins un mois, situés à Paris intra-muros et qui seront loués pour un montant 20% inférieur au prix de référence du marché à des jeunes actifs ou des familles de classe moyenne dont les revenus se situent sous les plafonds du logement intermédiaire.

Quels sont les avantages de Multiloc' pour les propriétaires ?


Les avantages offerts aux bailleurs par la Mairie de Paris sont nombreux. Huit mesures clés ont été mises en place afin de motiver les propriétaires d'appartements parisiens à remettre leurs biens immobiliers sur le marché, parmi elles : prise en charge des diagnostics techniques et de la garantie des loyers impayés, prime de remise en état et d'embellissement... Découvrez ci-dessous la liste exhaustive des mesures :

Pour en savoir plus, consultez la page dédiée sur le site de la Mairie de Paris :


lundi, juin 1

Loi ALUR : où en est-on ?

La Loi Accès au Logement et à l’Urbanisme Rénové, portée en 2013 par Cécile Duflot, alors Ministre de l’Égalité des Territoires et du Logement, vise à « réguler les dysfonctionnements du marché, protéger les propriétaires et les locataires, et permettre l’accroissement de l’offre de logements dans des conditions respectueuses des équilibres des territoires ».



Quid de la GUL et de la GRL ?


Censée favoriser les rapports bailleurs/locataires et maîtriser le risque d’impayés pour le bailleur tout en diminuant le coût du logement pour le locataire, la loi prévoyait initialement une mesure phare : la Garantie Universelle des Loyers (GUL), dont la suppression a été officialisée par la signature de la Convention Quinquennale le 2 Décembre 2014 entre l’Etat et Action-Logement.
Cette même convention a également signé la disparition de la GRL, la Garantie des Risques Locatifs, qui en 4 ans d’existence aura permis de couvrir plus de 500 000 locataires en situation d’emploi précaire et garantir leurs propriétaires contre les impayés de loyers, les frais de procédures judiciaires et la détérioration immobilière.

Quelles sont les dispositifs et obligations nouvellement prévus ?


Il est prévu un nouveau dispositif de protection des risques locatifs appelé VISALE, lequel propose une « garantie remboursable sous forme d’un engagement d’assurer le paiement du loyer et des charges locatives en cas d’impayés du locataire », ce nouveau dispositif garantirait 12 mois d’impayés sur une période de 36 mois.
  • Le propriétaire bailleur a désormais l’obligation de souscrire une assurance non-occupant, plus couramment appelée « PNO » dont l’objectif est notamment de couvrir les dommages causés par les équipements et installations du logement en l’absence de location responsable.

  • le bailleur a désormais la possibilité de souscrire une assurance pour le compte de son locataire si celui-ci omet de lui remettre son attestation d’assurance habitation. Le montant de la prime annuelle de cette assurance, éventuellement majorée dans la limite d’un montant fixé par décret, sera récupérable par le bailleur par douzième à chaque paiement de loyer.

  • les baux meublés sont dorénavant régis par la loi de 1989 au même titre que les non meublés (Sont uniquement concernés les baux postérieurs au 1er janvier 2015)


source : Solly Azar assurances

vendredi, décembre 5

Garantie des Loyers : un assureur de moins ?

C'est l'hécatombe sur le marché des assurances loyers impayés. Alors que la MACIF tentait une percée sur ce marché en 2011, elle résilierai massivement aujourd'hui son portefeuille de polices souscrites par des administrateurs de biens de premier plan.

La mutuelle d'assurances Francilienne, bien connue du grand public, doit faire face à un contexte économique dégradé qui augmente sensiblement le coût des sinistres pour impayé de loyers et détériorations immobilières.
Reste à savoir si les particuliers qui ont souscrits à l'offre «low cost» de la MACIF à 2,50% seront touchés par cette politique de redressement...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...